Si vous lisez cet article, c’est certainement que vous recherchez des techniques efficaces pour réussir votre prise de parole en public.

Ça tombe bien car dans cet article je vais vous présenter 4 techniques. Ce sont des techniques personnellement éprouvées et qui vous permettront de couronner de succès vos interventions.

Posons un cadre:

Vous venez d’être désigné pour faire une présentation à l’oral, lors de la prochaine réunion de travail. Mais la pression est assez forte car il s’agit d’un concept innovant que veut lancer votre entreprise? De plus, la prise de parole en public vous effraie. Et depuis cette annonce, vous êtes sujet au stress, vous n’en dormez quasiment plus?

OU encore:

Vous avez enfin décroché un entretien d’embauche pour le job de vos rêves dans une société très prisée.  Mais vous angoissez de devoir vous exprimer devant les recruteurs? Vous avez dores et déjà la boule au ventre et les pensées négatives sur votre possible échec fusent dans votre esprit?

Disons que, d’une manière générale, toutes les situations où vous êtes confrontés à devoir prendre la parole en “public” se traduisent systématiquement par un lot d’épreuves difficiles et douloureuses à surmonter…

Je sais exactement ce que vous ressentez ! Je le sais car je l’ai vécu à plusieurs reprises dans ma vie.

Dans les lignes qui suivent, je vais donc vous expliquer ce qui m’est arrivée, et comment j’ai fait pour réussir à m’en sortir. Je vous invite à lire cet article comme un cas pratique. Car les techniques que je vais par la suite vous exposer sont extraites de cette expérience précisément. 

A partir de ce cas pratique basé sur ma vie, Je vais vous donner un plan d’action étape par étape. Un plan qui vous aidera à  mieux appréhender la prise de parole en public. Mais également, à survivre à toutes situations où vous devez vous exposer au jugement des autres.

Apprenez à maîtriser des techniques qui feront que vos réunions de travail ne soient pas un vrai calvaire.

Le cas pratique: Comment la peur du jugement des autres a failli ruiner ma vie !

Quand j’étais plus jeune, au plus loin que je me souvienne, j’avais peur du jugement des autres. Du coup, parler en public, surtout devant des inconnus était problématique. C’était littéralement un vrai calvaire pour moi.Il m’était donc insupportable de me retrouver dans une positon où on pouvait me juger: moi et ce que je disais. Je cachais cela par des comportements atypiques voire inadaptés selon la situation. J’ai d’ailleurs souvent ressenti des montées d’angoisse.

Je me souviens de moments très douloureux à vivre. Où, pétrifiée par le stress, je perdais le fil de mes idées et les mots peinaient à sortir de ma bouche…

C’est très embarrassant et cela peut porter préjudice.

J’ai le souvenir d’examens oraux catastrophiques et qui ont fait chuter ma moyenne. Alors même que j’étais plutôt bonne élève…

Le même scénario s’est produit jusqu’en faculté. Et je dois mes validation d’U.V à la restitution de mes connaissances à l’écrit. Heureusement, cela suffisait à compenser mes moyennes.

J’ai, certaine fois de manière inconsciente, évincé certaines filières et orientations de carrières.  Pourquoi? Afin de ne pas être confrontée au supplice de devoir m’exprimer devant des inconnus. Surtout pas d’entretiens d’orientation. Ni d’Oraux de  recrutement. C’est ce genre de considérations qui guidait mes choix…

Pire, j’ai prolongé stupidement mes études universitaires, dans des filières qui ne m’apportaient rien. Rien de plus que ce que j’avais déjà. Tout ça pour ne pas être confronté au monde du travail et son lot d’entretien d’embauche…

Et je me souviens tout particulièrement d’un oral devant un jury pour accéder à un emploi dans la fonction publique. Il y a maintenant 11 ans.

Le moment où “parler en public” devient la dernière option.

A moins de vivre complètement reclus en ermite, il arrivera forcément un moment où vous serez confronté à la situation de devoir parler en public.

A l’époque, j’étais tenu par des impératifs moraux:

  • la vingtaine s’éloignait lentement mais sûrement (quoique pas si lentement que ça)…
  • Je venais de perdre ma Mère.
  • J’avais plus qu’une piètre opinion de moi-même.
  • Ma confiance en moi n’avait jamais été au top, certes, mais pour le coup je n’avais plus aucune estime de moi-même !

Je fondais énormément d’espoir dans cet emploi que je voulais à tout prix décrocher.  Pour plusieurs raisons, et parmi lesquelles:

  • rassurer mon père qui vit à des milliers de km sur mon avenir et donc sur ma situation professionnelle.
  • franchir un cap dans ma vie: passer enfin dans le monde des “adultes”.
  • me prouver que j’étais capable d’y arriver pour enfin reprendre confiance.
  • rendre fière ma Mère, où qu’elle soit… si elle me voit…

J’ai travaillé d’arrache-pied ! J’ai réviser et bosser les sujets comme une malade ! Résultat: admissible ! Chouette, et maintenant: oral d’admission ! Pas chouette…

Mais j’étais déterminée, alors j’ai bossé. Je maîtrisais sur le bout des doigts les sujets et questions susceptibles de m’être posées à l’oral.

J’avais préparé ma présentation. Et même si je ne savais pas encore le nom de cette technique: je me “visualisais” en plein entretien. Je me voyais répondant avec succès et assurance aux questions du jury.

Le jour J: j’étais installée dans le plus grand des calmes. Mais plus mon tour approchait et plus j’avais l’impression de jouer ma vie. Le stress…

Tous les symptômes du stress ont commencé à se manifester mais je parvenais à me contrôler tant bien que mal.

Au moment de me présenter – cette présentation que je connaissais si bien et que j’avais tant répété – j’avais tout oublié !

Je n’arrivais plus à m’exprimer. J’avais vraiment l’impression de devoir parler après avoir couru un marathon !! Le coeur qui battait à 100 à l’heure. Le souffle pire que court. A ne pas réussir à finir mes phrases… Malédiction !!!

Et en un instant, j’ai réussi à reprendre confiance en moi. A enfin réussir ma prise de parole en “public”.

Comment j’ai fais?

C’est ce que je vais vous dévoiler dans la suite de cet article et – en plus – je vais vous donner un plan d’action en 4 étapes très simples pour réussir vous aussi vos prises de parole en public.

Comment une technique simple m’a permis de réussir mon intervention.

Quand j’ai senti le sol se dérober sous mes pieds et que je voyais déjà mon avenir s’écrouler, j’ai fermé les yeux. J’ai fais une chose de façon instinctive, une chose très simple: j’ai respiré !

Instantanément j’ai ressenti de l’apaisement: mon rythme cardiaque a cessé de s’emballer. En effet, c’est comme si tout le poids du stress me quittait à chaque expiration. Mes idées devenaient de plus en plus  limpides.

Je vous avais dit qu’il s’agissait d’une technique simple, et à laquelle on ne prête pas assez attention, assez d’importance.

J’ai donc longtemps repensé à ce qui s’était passé. Quel type de respiration était susceptible de produire un tel effet? Et j’ai réalisé que j’avais eu ce que j’appelle une “respiration du désespoir“. En effet, plus qu’une respiration, c’était en réalité un énorme soupir. Mais un soupir salvateur, heureusement.

C’est donc une respiration profonde qui a suffit à me calmer et me faire sentir confiante de façon quasi-instantanée.

Quels avantages ai-je ressentis? Une diminution quasi-immédiate de mon stress et ma voix qui enfin se faisait entendre.

Vous aurez bien compris que respirer a été une, sinon LA technique à avoir sauvé mon entretien. Pour le coup tout s’est ensuite débloqué comme par magie.

Et c’est la raison pour laquelle je donne le conseil suivant à  ceux qui veulent contrôler leur stress afin de mieux s’exprimer : Apprenez à gérer votre respiration. Vous vous sentirez immédiatement relaxé, et ça vous permettra de réaliser une bonne intervention.

Des techniques très élaborées permettent d’obtenir des résultats optimisés. Je vous présente d’ailleurs ma technique préférée dans la suite de cet article.

Après cette expérience, je me suis donc intéressé plus sérieusement aux techniques de respiration. Mon but étant de surmonter mes angoisses grâce à une technique simple et maîtrisable. L’analyse de cette expérience m’a ainsi permis de mettre en évidence 4 techniques efficaces pour réussir sa prise de parole en public.

J’ai donc en ce qui me concerne trouvé le moyen de surmonter mon angoisse efficacement. C’est le plan d’action ainsi élaboré à partir de ces techniques que je vous propose de découvrir maintenant.

Lorsqu’il est question de prise de parole en public, la respiration est votre meilleure allié.

Un plan d’action pour réussir sa prise de parole en public: 4 techniques à maîtriser.

Si vous devez intervenir oralement dans un cadre précis, alors prenez soin de travailler les techniques suivantes. Elles sont super simples, parfois évidentes, et terriblement efficaces. Voici précisément le plan d’action que j’ai pu tirer de mon expérience. Je le mets en œuvre à chaque fois que je suis confrontée à devoir m’exprimer en “public”. Il me permet de gérer efficacement les situations de stress et je suis convaincue qu’il pourra vous inspirer.

Étape #1: Préparez votre discours.

Cela paraît peut-être évident, mais il est primordial de bien préparer son discours. En effet, rappelez-vous. Comment j’ai préparer mon entretien oral? J’ai lu, relu et appris tout ce que je pouvais sur les sujets susceptibles d’être abordés.

Donc structurez votre discours car cela vous permettra de garder le fil de votre présentation.

De plus, préparer votre intervention vous permet de prendre de l’assurance. Parce que vous savez où vous allez. Parce que vous maîtrisez votre présentation.

Vous avez également tout intérêt à anticipez les questions susceptibles de vous être posées. Car cette pratique vous évitera d’être pris au dépourvu. Vous serez donc à même de parer aux imprévus, et donc de ne pas succomber au stress.

En somme, savoir à l’avance ce que vous allez dire vous empêchera d’hésiter, de chercher vos mots ou de perdre vos idées et de balbutier. Vous avez les grandes lignes d’un plan en tête et qui vous sert de fil rouge..

Étape #2: Maîtrisez votre discours.

Maintenant que vous avez tout préparé votre discours et que votre présentation vous paraît claire: Répétez-le ! Attention, il ne s’agit pas de l’apprendre par cœur ! En effet en cas de stress, vous risqueriez de vous exposer au trou de mémoire. Ce qui pourrait donc être une erreur fatale.

MAIS l’intérêt de répéter votre discours réside plutôt dans la fluidité avec laquelle vous allez pouvoir vous exprimer. A force de répétition, les mots vont donc vous venir naturellement.

De plus, à cette étape, vous travaillerez non seulement votre élocution, votre manière de parler. Mais ce sera également l’occasion de  soigner sa posture.

Vous pouvez ainsi soit vous positionner devant un miroir soit rassembler un ou deux proches afin de recueillir leur feedback.

Étape #3: Pratiquez la visualisation.

On ne le dit jamais assez – ou peut-être trop – mais la technique de la visualisation est ultra efficace. C’est en effet une technique-clé au service du développement personnel.

La visualisation remplie une fonction essentielle, en vous aidant à vous sentir plus à l’aise le jour J. D’ailleurs, une telle pratique produit un effet non négligeable sur votre confiance en vous. En effet, ce que votre inconscient considère avoir déjà réalisé devient plus facile à accomplir.

Lorsque vous vous adonnerez à cette technique, visualisez  de la façon la plus précise possible: le lieu, si vous le connaissez, votre tenue, les personnes présentes, etc.

Pour que la technique soit optimale vous devrez donc littéralement vivre intérieurement votre intervention dans les moindres détails afin d’en maîtriser tous les aspects. En tant qu’adepte de la programmation neurolinguistique, j’aime à dire qu‘il faut visualiser au moyen de tous ses sens.

Étape #4: Contrôlez votre respiration.

J’y reviens mais c’est, de mon expérience, la technique par laquelle le changement est arrivé.

En effet, c’est elle qui a inversé la tendance. Sans elle, les 3 précédentes étapes n’auraient pas servie à grand chose. Effectivement, je ne vois pas comment autant de préparation aurait porter ses fruits si je n’avais pas été capable de sortir un mot de ma bouche.

Le souffle est un moyen direct, naturel et immédiat d’agir sur votre système nerveux, vos émotions et vos pensées. De plus, la respiration permet d’oxygéner le cerveau.

Avez-vous déjà remarqué à quel point votre rythme respiratoire s’affole en situation de stress? Donc, si vous arrivez à maîtriser votre respiration, alors vous réussirez à gérer votre stress. Et par la même occasion, votre prise de parole en public.

La technique de respiration telle que je l’ai perçu et que je continue à la pratiquer est la respiration ventrale, autrement appelée respiration abdominale.

Prendre le temps de se concentrer sur sa respiration permet de retrouver calme et sérénité.

Donc si je peux me permettre, je vous conseille d’utiliser la technique de respiration abdominale en 4 étapes:
Durant l’exercice prenez conscience du circuit de l’air dans votre corps et focalisez-vous dessus !

  • Bouche fermée, inspirez par le nez en gonflant le ventre (placez votre main sur votre ventre pour vérifier qu’il se soulève).
  • Bouche fermée, retenez l’air inspiré pendant quelques secondes dans vos poumons. (3 à 10 sec).
  • Expirez par la bouche en rentrant le ventre afin de sortir tout l’air.
  • Bouche fermée, restez les poumons vides pendant quelques secondes (3 à 10 sec).

Recommencez cet exercice pendant 5 minutes jusqu’à être complètement détendu.

En pratiquant cet exercice, votre rythme cardiaque va ainsi diminuer et votre niveau de stress également. Notez que vous pouvez effectuer cette exercice au quotidien afin de retrouver calme et sérénité. Mais je préconise également de vous réserver 5 minutes avant une intervention afin de l’effectuer.

La prochaine fois que l’occasion se présentera utilisez ce plan d’action en 4 étapes et surtout n’hésitez pas à me faire part de votre feedback en commentaire ainsi que me dire les techniques que vous utilisez.