Cela vous est-il déjà arrivé?

Alors que vous vous trouvez en compagnie d’autres personnes – vos amis peut-être, qu’en sais-je? – à vivre un même événement, de décrire après coup, des faits qui semblent dépeindre des situations différentes ?!

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi face à un même événement – un deuil par exemple – les personnes ne réagissent pas de la même façon ?!

Il y a en Programmation Neuro-Linguistique une présupposition qui permet d’expliquer ce “phénomène”.

Et si vous n’êtes pas connaisseur de la PNL – je vous invite à cliquer ICI pour découvrir un article consacré – vous vous demandez sûrement:

Qu’est-ce qu’une présupposition“? Très bonne question… “Et à quoi ça sert?” Autre bonne question…

Et c’est ce que je vais aborder pour vous éclairer dans la suite de cette série d’articles consacrés à la PNL.

En l’occurrence dans cet article, j’ai choisi de vous présenter une des présuppositions principales de la P.N.L. et vous allez voir comment elle peut vous changer la vie…

Mais b***el ! c’est quoi une présupposition ?!!”

Ok, j’arrête le suspense…

Parlons peu … Parlons bien …

Qu’est-ce qu’une présupposition?

Si on décompose pré – supposition indique qu’une présupposition est une supposition préalable.

Autrement dit c’est une hypothèse de base, une généralisation si je puis dire, un cadre posé.

Bref les présuppositions sont tout simplement des postulats fondamentaux sur lesquels repose la P.N.L., elles lui servent de fondements.

Elles n’ont pas à être démontrées. On les tient pour acquises et elles finissent même par devenir des croyances.

A quoi servent-elles?

La P.N.L propose un ensemble d’outils dont le seul but est de nous permettre d’apprendre à communiquer avec un maximum d’efficacité, et à atteindre notre réussite personnelle plus rapidement et facilement.

Les présuppositions qui fondent la matière sont issues de cet état d’esprit. Qu’elles aient pour but d’être des principes de vie ou non, ce qui est sûr c’est que ce sont des aides.

Comprendre les présuppositions permet de saisir l’esprit de la P.N.L.

Alors pourquoi ne pas commencer par explorer la première des présuppositions?

La carte n’est pas le territoire.

Dit comme ça…

Il s’agit d’une assertion dont on attribut la paternité à un philosophe répondant du nom de Alfred Korzybski.

C’est un “principe” qu’il aurait dégagé suite à une déconvenue militaire au cours de laquelle, n’ayant pas établi sa stratégie d’attaque sur des cartes à jour , son bataillon a été exterminé.

Alors bien évidemment tout cela est complètement métaphorique. Et donc pour saisir le sens de cette assertion, il convient de définir:

Qu’est-ce que la carte?

La carte doit être compris comme la représentation d’un événement.

Et le territoire?

Ni plus ni moins que la réalité. Le monde.

Que doit-on comprendre?

La représentation que nous nous faisons d’un événement n’est pas la réalité.

Pourquoi?

Parce que nous percevons la réalité à travers différents filtres, à savoir nos:

  • 5 sens: la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher, le goût.
  • croyances
  • valeurs
  • expériences de la vie

C’est comme passer de la farine au tamis:

Tous ces filtres à travers lesquels passe la réalité nous permet de créer notre réalité. Et donc nous avons tous une perception de la réalité qui nous est propre: c’est notre carte, une carte interne du monde extérieur façonnée par notre perception.

Quelles leçons tirer de cette présupposition majeure de la P.N.L?

D’abord, on peut dire qu‘il y a autant de carte que d’être humains, ce qui explique et permet de comprendre que chacun voit les choses différemment.

Et je ne peux pas vous dire cela sans évoquer un autre principe de base de la P.N.L et qui découle justement de celui que nous étudions dans cet article: Chacun répond en fonction de sa carte du monde, forgée sur la base de son identité, ses croyances, ses valeurs, ses expériences, son éducation, sa culture… Il n’y a qu’à observer comment un enfant réagit ou envisage certaines situations…

Ensuite, parce qu’elle repose sur des considérations totalement subjectives, on peut noter qu‘il n’y a pas une carte qui soit meilleure qu’une autre.

Si tout le monde connaissait et arrivait à intégrer ces deux enseignements: ce serait la fin assurée des conflits – ou en tout cas le début de la fin… En effet, les conflits relationnels proviennent le plus souvent de la confusion qui est faite entre la “carte” et le “territoire”, chacun s’évertuant à ne voir les choses que de son point de vue.

La carte n’est pas le territoire c’est finalement dire que chacun voit les choses à sa façon et que personne n’a tort ou raison.

Imaginez la qualité de la communication… Et c’est je vous le rappelle la volonté de la P.N.L de nous offrir une méthode de communication de qualité, en l’occurrence basée sur le respect.

Comment utiliser ces leçons en P.N.L. pour atteindre notre réussite personnelle ?

Tenter de comprendre la carte du monde de l’autre, en mettant la sienne de côté, est à la base d’une communication harmonieuse et sincère.

La PNL nous apprend à aller dans la carte du monde de notre interlocuteur pour “se mettre à sa place” pour connaître son point de vue, cela s’appelle l’empathie.

Si vous développez de l’empathie et savez vous mettre à la place de votre interlocuteur, “pour entrer dans sa tête” et voir SA carte mentale – comment il “voit” les choses – alors vous pourrez vous adapter et sans effort obtenir ce que vous voulez !

Mais ce n’est pas tout ! L’examen de votre propre carte mentale peut permettre de mettre en évidence les limitations qui vous empêchent d’atteindre vos objectifs.

Si vous développez votre capacité d’empathie, par l’observation et l’écoute, vous aurez une bonne longueur d’avance et vous serez en mesure de vous adapter au monde et aux personnes qui vous entourent. C’est ainsi que vous pourrez atteindre vos objectifs plus rapidement et plus facilement.

En résumé…

Nous venons d’aborder ensemble une des présuppositions majeures en P.N.L. qui est que “La carte n’est pas le territoire” ce qui signifie que nous avons chacun notre propre représentation du monde qui nous entoure.

Tenir compte de la réalité de chacun permet une meilleure communication.

Analyser notre propre carte permet de mettre en évidence nos forces mais aussi nos faiblesses / limitations qui nous empêchent d’atteindre nos objectifs.

Analyser la carte des autres permet d’établir des relations saines, et basées sur une relation “gagnant-gagnant”, d’obtenir ce qu’on veut pour atteindre nos buts.

Si vous avez aimé cet article faites-le moi savoir en commentaire et n’hésitez pas à le partager.

N’oubliez pas que vous avez toujours, si ce n’est pas encore fait, la possibilité de vous procurer gratuitement le Guide “Les 5 piliers de la Réussite” pour tous ceux / celles qui veulent savoir comment atteindre leurs objectifs et mener enfin la vie de leur rêve. Pour en savoir plus, cliquez ICI.