Pourquoi il est inutile de lutter contre le syndrome de l'imposteur !

Non mais c’est rien, je vous jure je n’y suis pas pour grand chose…

Je n’ai rien fait, j’ai plutôt eu de la chance sur ce coup là, et puis heureusement que X et Y m’ont bien aidé. D’ailleurs c’est plutôt à eux que revient tout le mérite du succès de ce projet“.

Voilà le genre de propos que vous avez sûrement déjà dû entendre ou -pire- dire par vous-même ! Et vous êtes peut-être également au courant que cette “attitude” porte un nom bien précis: le syndrome de l’imposteur. Et si vous êtes atteint par ce syndrome vous avez certainement déjà essayer de le surmonter, le soigner, le vaincre !

Peine perdu.

Laisse moi t’expliquer pourquoi il est inutile de lutter contre le syndrome de l’imposteur ?! Mais d’abord, histoire d’être sur la même longueur d’ondes, voyons de quoi il retourne exactement.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur?

Il s’agit d’un mécanisme psychologique mis en évidence à la fin des années 70 par les psychologues Pauline Rose Clance et Suzanne A. Imes.

Notons que ces dernières ont par la suite regretté l’utilisation du terme “syndrome” car celui-ci classait un mécanisme psychologique – une expérience – au rang de maladie. En effet il faut savoir que 60 à 70% de la population l’aurait expérimenté au moins une fois. Il ne s’agit donc pas d’une maladie mais d’un état psychologique au même titre que le stress par exemple.

Les personnes présentant un syndrome de l’imposteur – également appelé syndrome de l’autodidacte – ont cette particularité qu’elles nient être à l’origine de tout accomplissement et réalisations.

On aura beau les féliciter pour le travail qu’elles ont accomplies, mais elles s’évertuent à attribuer leur succès à un élément / événement extérieur.

Elles se perçoivent comme des “dupeurs” – des imposteurs – qui trompent leur entourage. Elles vivent dans l’angoisse que la supercherie soit révélée…

 

Souffrir du syndrome de l’imposteur revient à porter un masque devant les autres.

Quelle est la réaction des personnes présentant un syndrome de l’imposteur?

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur, parce qu’elles sont convaincues de n’avoir aucun mérite et ont peur d’être démaquées, adoptent des attitudes défensives.

Voici les 2 stratégies qu’elles mettent en place:

  • overdoing cette stratégie consiste à en faire beaucoup, à dépenser énormément d’énergie pour au final pouvoir attribuer le succès à l’énorme charge de travail fourni.
  • underdoing cette stratégie consiste au contraire à faire le stricte minimum et à procrastiner jusqu’à la dernière minute avec la double possibilité d’attribuer le mérite à la chance – ou autre événement extérieur – d’une part et de se préparer à l’échec d’autre part.

Maintenant que les bases sont posées, entrons dans le vif du sujet:

Pourquoi il est inutile de lutter contre le syndrome de l’imposteur?

Parce que le syndrome de l’imposteur ce n’est pas l’ennemi, ce n’est pas le problème !

Ne pas être – trop- sûr de soi est même quelque chose de plutôt sain. Comme pour tout c’est l’excès qui nuit ! Lorsque le doute est constant et prononcé.

Mais chercher à agir directement sur le “syndrome” est contre-productif.

Et si la prochaine fois qu’on vous complimente pour votre travail vous fermiez votre bouche à toute réponse minimisante, et disiez “Merci” avec un sourire forcé? Je peux vous assurer que c’est comme descendre une piste rouge en position chasse-neige. Vous ne le ferez pas deux fois !

Pourquoi? Parce que vous viderez instantanément tout votre stock d’énergie à lutter sur une conséquence au lieu de vous attaquer au vrai problème.

C’est comme chercher à soigner les symptômes d’une maladie ! On soigne le rhume, pas les éternuements !

Alors,

Sur quoi devons-nous impérativement agir pour nous libérer du syndrome de l’imposteur?

 

Tombons le masque !

 

Reprenons les bases:

Globalement, les personnes qui présentent le syndrome :

  • Pensent ne pas mériter le succès.
  • Ont des difficultés à accepter les compliments.
  • Éprouvent de la peur – de réussir ou de ne pas être à la hauteur, de demander de l’aide au risque d’être démasqué.
  • Ont du mal à gérer les critiques – même constructives.
  • Sont souvent effacées, en retrait.
  • Préparent tout, vérifient tout et sont – trop – perfectionnistes.

Tous ces symptômes qui vont de paire avec le syndrome de l’imposteur ne sont en réalité révélateurs d’une seule et même chose. Si vous vous reconnaissez dans les comportements liés au syndrome de l’imposteur alors ce qui vous fait défaut ce n’est ni plus ni moins que votre estime personnelle !

Et si vous voulez agir efficacement pour vous libérer du syndrome de l’imposteur, alors concentrez vos efforts à développer et améliorer une bonne et saine estime de vous-même. Ce faisant, vous serez libéré du syndrome de l’imposteur parce qu’il n’aura tout simplement plus aucune raison d’être.

En conclusion.

Chercher à lutter à tout prix contre le syndrome de l’imposteur ne suffit pas. Il est bien plus judicieux de s’attaquer à améliorer son estime de soi. Parce que le manque d’estime personnelle est la véritable cause du développement de ce symptôme…

Où en es-tu par rapport à l’estime de soi ? N’hésite pas à me le dire en commentaire et à partager cet article afin d’impacter un maximum de personne.